Être approché par un chasseur de têtes

Être approché par un chasseur de têtes

" Pouvez-vous parler librement ? " Cette question posée par téléphone n'est pas l'évaluation de votre capacité à communiquer, c’est celle d'un chasseur de têtes. Les professionnels de l'informatique peuvent, eux aussi, être amenés à recevoir des appels de la part de chasseurs de têtes et leurs demandant s’ils sont intéressés à une offre d'emploi. Cette première conversation est en général « basique » et relativement courte : vérifier le nom, la société, et les coordonnées - rien d'autre- du candidat. Il ne faut pas impressionner le candidat, le reste doit être abordé lorsque le candidat a quitté les lieux de son entreprise, de sorte que le candidat puisse vraiment parler librement avec le chasseur de têtes. Entre les deux conversations, il peut se passer quelques jours.

La deuxième conversation est la plus concrète. Encore une fois, n’oubliez pas que la première impression est importante, il se peut que vous n’ayez pas de seconde chance. Assurez-vous que vos réponses soient structurées et essayez, si vous le pouvez, d'influencer le contenu et le déroulement de la conversation.

Après cette conversation, donnez-vous quelques jours pour réfléchir, mais n'attendez pas trop longtemps. Laisser le recruteur dans l'obscurité, sans aucune réponse de votre part, ne serait pas bien vu peut être. Et même si vous n’avez actuellement aucun intérêt à changer d'emploi, vous ne devriez pas « jouer » avec le chasseur de têtes, ni la société. En effet, il se peut que plus tard, dans quelques mois ou quelques années, vous souhaitiez postuler à une offre d’emploi de cette même société et que, par conséquent, le recruteur n’ait pas garder un bon souvenir de vous.

Lors de l’entretien, vous devez poser des questions intéressantes concernant le poste à pourvoir et la société . Cela montre à quel point vous êtes informé.

Partager
Mon compte Pas encore inscrit?